Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/meatjhzk/sites/voiture-propre.info/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 162

Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home/meatjhzk/sites/voiture-propre.info/ecrire/public/composer.php(49) : eval()'d code on line 168

Accueil du site > Plan > Intérêts des industriels > L’industrie du pétrole face aux nouvelles sources d’énergie

L’industrie du pétrole face aux nouvelles sources d’énergie

par Mata’i Souchon

Le pétrole est de nos jours au centre d’une économie très lucrative. Il reste aujourd’hui plus de mille milliards de barils de pétrole [1] à puiser et utiliser. Les compagnies pétrolières n’ont donc inévitablement aucun intérêt à voir cesser ce commerce avant la fin du pétrole, d’autant plus que le coût du baril est amené à augmenter dans les années à venir : plus une ressource est rare, plus elle est difficile à récolter et donc plus elle est chère.

D’après le film « Qui a tué la voiture électrique ? » de Chris Paine, les profits combinés de Exxon, Chevron-Texaco et Conoco-Phillips ont augmenté ainsi :
- En 2003 : 33 milliards de dollars.
- En 2004 : 47 milliards de dollars.
- En 2005 : 64 milliards de dollars.

Ce même film suggère plusieurs formes d’action des lobbies pétroliers. Il est évidemment bien difficile de repérer leurs actions concrètes, n’ayant aucun intérêt à ce que l’on comprenne leur démarche. Nous n’avons donc pas pu trouver d’autre source que le film de Chris Paine. Cependant, quand bien même leur action pour freiner le développement de technologies alternatives à l’essence ne serait pas prouvé, il n’en demeure pas moins qu’ils ont tout intérêt à ce que l’essence reste le carburant le plus utilisé dans les années à venir.

Selon le film :
- Des lobbies ont fait pression pour que la Californie abandonne sa loi ZEV [2] (qui imposait un objectif de production de voitures n’émettant aucun gaz toxique) d’ailleurs jugée trop stricte par les constructeurs. Un groupe intitulé « Les Californiens » opposé aux « abus des sociétés de service public » se serait opposé à la construction de stations électriques, arguant que ce serait « gaspiller l’argent du contribuable ! ». A la suite de cela, une enquête aurait révélé que ce n’étaient pas des consommateurs comme le laissait entendre l’appellation « Les Californiens », mais bien l’industrie pétrolière, et en particulier la Western States Petroleum Association.
- Ces groupes auraient payé des éditoriaux dans la presse nationale pour expliquer que les bienfaits environnementaux étaient discutables puisqu’il fallait générer l’électricité dans des centrales à charbon (pourtant l’électrique reste meilleure que l’essence d’après la California Energy Commission, y compris si l’énergie provient de centrales à charbon). Ils auraient aussi affirmé qu’elles étaient bien trop chères, et surtout dangereuses car risquant d’exploser.
- Les industriels ont prétendu que l’EV1   n’aurait pas marché, alors qu’elle a très bien fonctionné comme en ont témoigné les utilisateurs de l’EV1   (manifestations, rédaction d’une liste de demandeurs). Cette fausse affirmation aurait été utilisée pour retirer au plus vite du marché ces voitures étant donné que les profits générés risquaient d’être trop faibles sur le long terme.

Notes

[1] Worldometers

[2] Voir le site du projet de loi : http://www.arb.ca.gov/msprog/zevpro...